Là-Bas

Voici une chanson extraite de la concérence « Y a-t-il une vie après la ville ? », dont un enregistrement profesionnel a pu être réalisé à Vitória, au Brésil, grâce à un donateur anonyme.

Texte et musique : Guillaume Armide
Piano : Dori Sant’Ana
Percussions : Leonardo de Paula
Chant : Guillaume Armide
Enregistrement et mixage : Rafael Herdy, Estudio Torre, Vitória ES, Brésil

Paroles

Là-bas
Juste une maison
Les branches des saules
Un peu d’air qui les bat
Juste une maison
Là-bas, là-bas

Là-bas
Juste une saison
Rien sur les épaules
Et pas bien plus en bas
Juste la saison
Des ébats

Ici pas d’horizon
Pas d’air ici-bas

Là-bas
Aucune cloison
Ni palais, ni geôles
Ni cadenas aux cabas
Aucune occasion
De débat

D’ici-bas on peut voir
Comme ce sera là-bas

D’ici-là pour l’avoir
Noircit l’ici-bas

Tant de bitume et de fleurs fauchées
Tant d’autoroutes pour s’en approcher
Tant de tours érigées
Comme nos préjugés
Par l’attrait du meilleur
Tant de parterres de pleurs

Meurtrir la lune pour la décrocher
Élever des murs, tracer des tranchées
Des artères, des saignées
Oublier de soigner
Et voir que là-bas n’a de cesse de s’éloigner
De s’éloigner
Là-bas, là-bas

Ici
Si nous arrêtons
D’empiler des tôles
Et autres facéties
Si nous arrêtons
Ici, ici

Alors sous le béton
De superficie

Juste sous le béton
Tranquillement assis

Là, dessous le béton
Là-bas est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *